LES BOUCHERIES CANINES ET FELINES AU XIXème à PARIS

indiennechiotallait.jpg        mereindienne5.jpg       

Les habitudes alimentaires à travers le monde se révèlent pour certains dans le plaisir de consommer certaines denrées, ce qui constitue le summum de l’abjection pour les autres et vice versa. Dans cet aspect de la chose, il faut garder à l’esprit la différence fondamentale qui existe entre un pays riche et un pays en voie de développement, mais se souvenir aussi, de la diversité des contrées qui offrent aux habitants des ressources différentes.

 dog.jpg     jindo.jpg    attelagechienlilledetail.jpg

 Il est plus facile d’aborder ce sujet avec bonne conscience lorsque « la bouffe » arrive emballée, nettoyée, aseptisée, avec une facilité déconcertante dans les rayons des magasins, que lorsqu’il faut une journée entière pour espérer manger un bout de quelque chose pour survivre et passer 5 ou 6 heures à chasser et à abattre l’animal pour sa survie.

       dogp7.jpg    abattoir2.jpg    abattoir.jpg

Il en est de même pour les adeptes du végétarisme, bien qu’il soit utile de rappeler à cet endroit, que cet habitude alimentaire, revêt des formes extrêmement différentes, du végétarien consommant volaille et/ou poisson, au végétalien qui refuse jusqu’au lait car de provenance animale. Les végétariens, constituent rarement la population des pays en voie de développement et habitent plutôt les mégalopoles bien achalandées en tofu et autre plaisir végétal. Je ne doute pas de la volonté des chasseurs de Papouasie Nouvelle-Guinée, (encore peu, cannibales), de devenir végétariens. Je doute par contre très fortement, de la facilité avec laquelle, ils pourraient le devenir au fin fond de leur forêt. Que dire à propos des Inuits, qui dans ce cas, seraient sans aucun doute, voués à disparaître de la surface du globe. Il n’existe donc pas qu’une seule voie.

Ainsi, on peut entreprendre un tour du Monde « des traditions ou plus exactement des habitudes culinaires » pour se rendre compte, que la consommation de viande de chien n’est pas la seule à étonner et à provoquer une profonde quête dans la réflexion et disons le tout net, un fort sentiment de dégoût de certains pays pour la population de certains autres.

Au Burkina Faso, le ver de Karité, le Sétoumou en langage dioula est un met apprécié. Chenille d’arbres à beurre, elle est cuite et séchée, combat la constipation et soignerait même la rage chez les chiens. En Gambie, on élève de gros rats, ainsi qu’en Côte d’Ivoire où l’Agouti, rat qui peut atteindre près de 10 kilos adulte, commence à faire l’objet d’un élevage en vue de sa consommation. A Abidjan, chaque année, 500 tonnes d’un escargot local, (de 500 grammes environ) sont consommées. Les Tchadiens de N’Djemena raffolent du criquet frit dans l’huile et roulé dans le sel. Comme les ivoiriens, les français apprécient les escargots, même s’ils sont de taille plus raisonnable, ainsi que les grenouilles qui constituent pourtant un dégoût vraiment profond pour nos amis anglais, n’est-il pas.photopremierebouchcanineparis.jpg

Consommation en France de viande de cheval, véritable horreur pour les anglais et pour la plupart des habitants du Maghreb, qui ont élevé cet animal au rang des plus nobles, à tel point même qu’ils les enterrent debout pour leur rendre hommage. Le Boeuf est consommé dans la majeure partie des « pays civilisés » à commencer par les USA et les pays européens, malmenant très clairement le respect qu’on un peu plus d’un milliard d’hommes et de femmes en Inde pour cet animal sacré, comme peut l’être le chien pour un français ou un américain.

Suivant les pays concernés, les différentes « viandes » qui constituent le régime alimentaire, proviennent de l’élevage, de la forêt ou de la brousse. Singes, serpents, vers, porcs ou cochons sauvages, mygales cuites à l’étouffé après avoir été emballées dans une feuille, ses crocs servant pour finir ce repas de cure-dent en Amazonie, fourmis croquantes et vivantes, huîtres et autres moules avalées vivantes notamment en France, quand il ne s’agit pas de balancer dans un chaudron bouillonnant un homard, baleines, dauphins et poissons divers au Japon, pays dans lequel il semble que tout ce qui nage est consommable, requins en Afrique du Sud, tout ceci étant très loin d’être exhaustif. Les traditions changent et les habitudes alimentaires aussi parfois, comme l’histoire peut en témoigner.

LES BOUCHERIES CANINES ET FELINES AU XIXème à PARIS

Aujourd’hui, on évoque avec horreur les boucheries canines coréennes ou plus généralement asiatiques. On omet, avec ou sans conscience, d’évoquer les traditions du continent africain. A Abidjan en Côte d’Ivoire on trouve le Kédjénou de chien et de la viande de chat, (Djakoumani en langue dioula), sur les marchés. Là encore les mythes vont bon train. Faites cuire un chat noir non dépouillé, récupérez un os, mordez le et vous pourrez vous rendre invisible à volonté…

Au Burkina Faso, la viande de chien, (méprisée par la majeure partie de la population) reste quand même pour certains une consommation courante. Sur les marchés de certains villages des envions de Ouagadougou, on trouve sur le même étal de boucherie, viande d’âne, de mouton et de chien. Pour certaines ethnies du pays, un mariage traditionnel ne se conçoit pas sans viande de chien au menu. Au Congo Zaïre, (République Démocratique du Congo), à Kinshasa, la chasse au chat est ouverte et parfois on observe des règlements de compte entre familles voisines, l’une soupçonnant l’autre d’avoir « consommé » le chat de la famille. S’appuyant sur une tradition culinaire des Luba du Kasaï, certains Kinois seraient fortement attirés par ce plat.

On évoque donc, des traditions et des habitudes alimentaires dans ces pays, qualifiés souvent de pays en voie de développement, qui en réalité reflète bien le niveau de la problématique que se pose aux habitants tous les jours, manger au moins un repas. C’est la crise qui fait l’aubaine et parfois explique la raison et l’attitude des Hommes vis à vis du monde animal. Ainsi, on prendra soin de se rappeler que de 1870 à 1871, (c’est à dire hier en quelque sorte), lors du siège de Paris, sont apparues au cœur de notre chère capitale, des boucheries canines et félines, agrémentées aussi de viande de rat.

Après avoir sacrifié les éléphants du jardin des plantes, le peuple français peut se procurer de la viande de chien à 10 francs le kilo. Les consommateurs sont souvent forcés à cette consommation, consommation typique des jours de famine, (en janvier 1871, 15 000 personnes meurent dans Paris, soit plus de 480 personnes par jour !!!), pendant que certains nantis qui déjeunent régulièrement chez Brébant sur les grands boulevards, (E de Goncourt, Théophile Gauthier, etc…), ne s’apercevront de rien. Il serait presque facile de faire le rapprochement entre ce peuple français affamé et en état de siège et les nantis et les peuples « industrialisés et riches d’aujourd’hui », vis à vis de ces pays aux ressources alimentaires pauvres et souvent incertaines. En avons nous conscience ?

www.cdlb.org/viandechien.htm



3 commentaires

  1. crzycouk 25 mai

    haa, ca me fait vraiment plaisir, enfin quelqu’un de coherent!
    merci essiene, j’etais en train de preparer le meme genre d’article, je te mets en lien!
    c’est marrant, on dit la meme chose!
    C’est ma premiere visite sur ton blog je reviens plus tard, je suis occupe, a plus!
    Baoli, Baoli!

  2. michelehardenne 25 mai

    Produire de la viande, de quelle forme que ce soit est devenu une nécessité, ce n’est pas un besoin.
    Que mangerons-nous demain?

    Dernière publication sur MICHELE HARDENNE : Plume de nacre

  3. ankana87 26 mai

    Notre histoire ,( pas seulement française!!), nous montre à quel point l’homme dit « civilisé » n’a pas à faire la morale aux uns et aux autres!!
    mais que nous devrions plutôt nous montrer un peu plus ouvert et tôlérant…………et arrêtons aussi ce gaspillage alimentaire…………….

    Dernière publication sur toujours avec le sourire : Un peu de culture

Laisser un commentaire

CONCERT ET SPECTACLE |
ETHIQUE ET PHILOSOPHIE MORALE |
Chemaudin - Le Journal de S... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | le monde des seniors
| GreenWar
| elci