Originalité et tradition chez les Bamana

Les Bamana, comme la plupart des Africains, honorent leurs ancêtres et se placent sous la protection bienveillante de leurs esprits. Leurs vies s’organisent autour de sociétés d’initiation qui leur enseignent tous les aspects de la vie bamana. Celles-ci comprennent les sociétés n’domo, komo, nyama, kono, chiwara et koré. La société n’domo s’occupe de la circoncision et prépare les garçons à leur futur rôle d’adultes. Ils y apprennent les origines de l’humanité. Komo s’occupe de la loi et enseigne la cosmologie des Bamana. C’est la société des forgerons. Nyama agit contre la sorcellerie et les esprits malveillants.

 Kono enseigne la dualité de l’humanité en tant que corps et esprit. Chiwara célèbre l’être mythique qui enseigna l’agriculture aux Bamana. Koré fournit une instruction morale et enseigne l’importance de l’humanité dans l’ordre du monde. Son enseignement porte sur la mort et la résurrection de l’individu. Koré est divisé en huit niveaux distincts qui correspondent aux éléments célestes et terrestres. Chirstopher Roy Le Boli en forme d’animal fonctionne comme un autel de la société Komo, qui est l’association la plus répandue dans l’aire Bambara. Les Boli ne sont pas sculptés, mais construits à partir d’une structure et modelés avec des matériaux comme de la terre, du sang sacrificiel, des écorces, du miel, des noix de cola mâchées, du millet et de la bière. Les formes du Boli rappellent celles des sanctuaires et des constructions. Leurs formes mal définies impliquent un secret que seuls les initiés peuvent pénétrer. Jamais un non-initié ne peut les voir.

Les Boli sont conservés dans un sanctuaire ou dans la maison d’un prêtre. Leur puissance est réactivée par le sang d’animaux sacrifiés. Ces objets, chargés d’une profonde signification ésotérique, inspirent crainte et respect aux initiés. Au regard des Bambara, les Boli, les statues et les statuettes viennent aux tout premiers rangs des objets les plus sacrés de leur religion, avant les masques eux-mêmes. Les boli ont suscité et suscitent encore le mépris, y compris celui de certains anthropologues qui demeurent obsédés, semble t’il, par « les manitous des sauvages, les fétiches des nègres ». En tout cas, s’ils alimentent de plus en plus la reflexion des africanistes, ils ne cessent de provoquer chez les profanes de tout bord peurs irrationnelles et fantasmes délirants.

La croyance aux boli et en leurs pouvoirs constitue l’un des fondements de la religion mandingue en général et de la religion bambara en particulier. En effet, dans maintes localités habitées par des Malinké ou des Bambara, chaque société d’initiation, chaque confrérie excepté celle des subagaw ou subaaw, sorciers et sorcières, mangeurs d’âmes, et, peut-être, celle des géomanciens, chaque famille étendue, chaque homme influent, etc.., possédait et possède toujours ses propres boli. Et pour cause ! Le boli est, par définition, la manifestation de la force vitale, de l’énergie d’un esprit divinisé auquel il sert de réceptacle. De fait, selon de nombreux initiés, le mot boli proviendrait de l’atlération du vocable boli : sortie, émanation, manifestation d’un esprit supérieur.

 

 

 



4 commentaires

  1. naoko 7 mai

    C’est trés intéressant.

  2. michelehardenne 19 mai

    Merci pour votre commentaire.
    Bonne continuation pour votre blog.

    Dernière publication sur MICHELE HARDENNE : Plume de nacre

  3. sandrasbz 5 juillet

    Bonjour,

    Voilà des croyances dont je n’avais jamais entendu parlé (et pourtant, je suis passionnée par les mythes et les légendes, car ils sont riches en enseignement). De quel partie de l’Afrique les Bamana sont-ils originaires ? Je reviendrai avec plaisir pour vous lire.
    Amitiés,

    Sandra

  4. crzycouk 14 octobre

    ah ben et a part cela?
    Cameroun, hein?
    allez, on attend sur le tope hic
    tu as rêvé de kwa?
    Baoli, Baoli…
    CrZ’ZZZzz

Laisser un commentaire

CONCERT ET SPECTACLE |
ETHIQUE ET PHILOSOPHIE MORALE |
Chemaudin - Le Journal de S... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | le monde des seniors
| GreenWar
| elci